Je suis biaisé (et vous aussi)

Salut tout le monde, et bienvenue dans la volière des écureuils bleus, une chaine qui vous parle un peu concrètement de la situation de l’expérimentation animale en France de nos jours ! Je lance cette chaine en parallèle du site web experimentation-animale.info, où vous retrouverez ce dont je parlerai ici accompagné de documents, de ressources, d’analyses, et plein d’autres choses qui arriveront au fil du temps.

À propos de moi

Pour ce qui est de moi, je m’appelle Nicolas Marty, j’ai 30 ans, je suis docteur en musicologie, j’ai une licence de psychologie, et je suis diplômé en composition. En bref, mes qualifications n’ont strictement rien à voir avec le sujet de la chaine – si ce n’est que passer 6 ans à faire une thèse de 1000 pages, ça donne un peu de rigueur pour pouvoir avaler des livres et des articles, pour faire des comptes-rendus de lecture et pour faire un peu attention aux conclusions qu’on va tirer de tout ça.

Mon lien avec ce sujet, du coup, c’est plutôt le fait que je suis antispéciste depuis 2013. Je suis président d’une petite association antispéciste à Bordeaux, je suis bénévole pour d’autres associations… donc je suis affreusement biaisé sur ce sujet, parce que je vais avoir tendance à vouloir croire les gens qui soutiennent l’idée que l’expérimentation animale est un problème, et à vouloir moins croire les gens qui la défendent. À ma décharge, les gens qui pratiquent et défendent l’expérimentation animale sont eux aussi biaisés parce que la remettre en question serait une attaque sur une partie importante de leur identité, surtout s’il s’agit de remettre en cause la moralité de ces pratiques.

De l’autre côté, on a les gens qui s’y opposent depuis longtemps et qui ont donc en partie le même problème, du fait que ça définit aussi une partie de leur identité, surtout s’ils ont participé à des manifestations et qu’ils se sont exprimés publiquement contre l’expérimentation animale. Et puis, enfin, les gens qui n'y connaissent pas grand-chose, c’est-à-dire la majorité des gens, sont biaisés par le peu qu’ils en connaissent, par les sources d’informations auxquelles ils accordent leur confiance, et par leur rapport aux animaux, et par leur rapport à la science, en particulier. Et également, c’est un point important, on est biaisé par le fait qu’on préfère souvent conserver une situation en place, c’est-à-dire faire confiance au statu quo, plutôt que de promouvoir un changement dont on ne peut pas entièrement prédire les résultats.

Bref, tout le monde est biaisé, et moi aussi, l’important étant de faire ce qu’on peut pour éviter le plus possible de se laisser avoir par ses propres biais, notamment ceux liés à nos orientations politiques et à notre identité. Et la manière de faire ça, c’est de s’intéresser un peu à l’épistémologie et à l’esprit critique, donc je vous mets dans la description quelques liens vers des chaines et des blogs sympas pour réfléchir là-dessus et l’appliquer en pratique. Évidemment, ça ne veut pas dire que je maitrise tout ce qu’il y a dans ces contenus, ni que j’adhère à tout, mais que j’y ai trouvé des choses intéressantes qui m’ont donné l’impression de me faire avancer dans la réflexion sur ces sujets.

Pourquoi regarder ma chaine ?

L’intérêt de cette chaine, du coup, ça dépend de vous. Pour les personnes qui ne connaissent pas grand-chose à l’expérimentation animale, c’est l’idée d’apporter des informations vérifiables, toujours pour que vous ne me croyiez pas sur parole, et quelques réflexions, toujours pour que vous veniez les mettre à mal de manière constructive dans les commentaires.

J’aurai notamment l’occasion de présenter un peu les différentes perspectives antispécistes autour de l’expérimentation animale. Du côté des personnes qui luttent contre l’expérimentation animale, alors même que j’en fait partie, on me trouvera peut-être trop frileux sur certains points (vous ne m’entendrez pas dire, par exemple, que l’expérimentation animale est inutile). Et du côté des personnes qui défendent l’expérimentation animale, qui la pratiquent ou qui en gèrent la réglementation, j’ai déjà subi à plusieurs reprises les conséquences du fait d’être antispéciste – soit en étant considéré par défaut comme un terroriste, soit en lisant que mes positions politiques justifiaient de rejeter tout ce qui je disais sur le sujet.

D’où l’intérêt de cette vidéo de présentation, pour préciser que je répondrai autant que possible aux commentaires, à condition qu’ils soient constructifs, quitte à actualiser mes positions sur différents points au fil des discussions. Du coup, dans un esprit de transparence, je vous mets en description le lien vers ma bibliographie sur Zotero, où vous pourrez voir la liste des choses que j’ai consultées, que je mets à jour quand j’ai fini de trier les comptes-rendus et les relevés de citation de ce que je consulte dans mes différents documents de prises de notes thématiques. Évidemment, le fait qu’il y ait une référence dans cette bibliographie ne veut pas dire que j’en approuve le contenu, juste que je l’ai consultée et que j’en ai gardé une trace. Et il manque différentes choses que j’ai consultées mais pas encore triées.

Le contenu de la chaine

Plus concrètement, plusieurs points que je veux aborder ici sont des éléments factuels sur l’expérimentation animale en France, qui sont mal connus ou pas du tout connus. C’est pour ça qu’il y aura tout une playlist dédiée aux différentes manières de se renseigner, et une autre playlist sur la réglementation, qui est souvent surjouée par les gens qui défendent l’expérimentation animale et dénigrée par les gens qui veulent son abolition – tout ça de manière souvent assez superficielle, sans nuance, sans exemples concrets ou en généralisant des cas particuliers de manière abusive.

Enfin, le nom de la chaine n’a rien à voir avec un écureuil bleu qui a été observé aux États-Unis l’été dernier – je vous mets le lien en description – mais je reprends le nom d’une composition pour piano préparé à quatre mains que j’ai écrite il y a quelques années, et ce nom résonnait bien avec les controverses récentes sur les « chimères » dans la loi bioéthique, même si ça n’a pas grand-chose à voir dans les faits. C’était aussi une bonne excuse pour faire un générique sympa avec un écureuil qui essaie de s’échapper d’un bâtiment mais qui se fait éborgner, teindre en bleu, ou greffer une aile par un clown maléfique. Spoiler : ça ne représente pas ce qui se passe réellement dans un laboratoire d’expérimentation animale. Voilà donc une version de ce générique, et je vous dis à très bientôt.

Ma bibliographie Zotero : https://www.zotero.org/la-voliere-des-ecureuils-bleus/library

Quelques pistes pour s’intéresser à l’esprit critique et à l’épistémologie :

L’écureuil bleu observé aux États-Unis à l’été 2020 : https://www.youtube.com/watch?v=U5HSrmeuMZo

Ma pièce "La volière des écureuils bleus" pour piano préparé à quatre mains, composée en 2016 : https://www.babelscores.com/fr/catalogs/instrumental/la-voliare-des-acureuils-bleus

Crédits du générique
Licence Creative Commons

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *